Qu’est-ce qu’un sashimono ?

A l’époque des samouraïs, chaque guerrier appartenait à un clan bien précis. Ces derniers revendiquaient leur emblème en les arborant sur des sashimono. Précisément, les sashimono sont des bannières brandies par les samouraïs au combat

Mais elles servaient également à aider les armées japonaises à distinguer leurs alliés de leurs adversaires. Le sashimono n’est donc pas seulement ornemental mais il s’inscrit dans une dynamique guerrière. ⚔️

Brève histoire du sashimono

Le sashimono s’est grandement popularisé lors de période de trouble au Japon. C’est lors de la période Sengoku entre le 15ème et 17ème siècle que le sashimono a connu une utilisation intensive. 

La région a en effet connu une grande période de troubles avec des conflits sociaux et politiques. Les différents clans devaient alors s’affronter très fréquemment. Cette situation amenait souvent à des affrontements chaotiques qui demandaient aux samouraïs de se reconnaître entre eux.

Comment se porte le sashimono ?

Le sashimono est en général fixé sur l’arrière de l’armure du samouraï. Ce dernier porte beaucoup d’équipements qui prennent de la place. Il n’est pas rare de voir un samouraï équipé d’un katana et d’un wakizashi pour se rendre sur le champ de bataille. 

L’armure du samouraï se compose de différents matériaux composés de bambou ou de cuir. C’est au dos de celle-ci que l’on trouve un emplacement pour fixer la bannière à l’armure.

Les sashimono ne mettent pas en exergue un grade particulier du guerrier. N’importe quelle personne pouvait le porter, que ce soit un fantassin ou un guerrier d’élite. 

sashimono en guerre

Définition visuelle du sashimono

Les sahimonos sont variés car chaque clan en possède un à son effigie. En règle générale, la bannière est de forme rectangulaire avec un motif en noir et blanc. Ces derniers peuvent être de taille variée. Les membres les plus importants de l’armée portaient parfois des sashimis plus imposants. 

La bannière était relativement simple. Les guerriers devaient pouvoir reconnaître leur clan rapidement lors des batailles. On y retrouve le nom du clan, le chef et le slogan. On distingue le sashimono facilement grâce à sa couleur de fond qui varie selon le clan d’appartenance. 

Pour finir, certains samouraïs d’élites peuvent parfois porter des sashimono spécialement conçus pour eux. Cela leur donnait une certaine autorité en combat. Et les guerriers pouvaient reconnaître leur chef d’un seul coup d’œil. 

Le sashimono dans Ghost of Tsushima

Le jeu Ghost of Tsushima est un véritable succès et traite de sashimono . Ce dernier à mis un véritable accent sur les sashimono en y intégrant plus de 80 sortes différentes. Ils sont disséminés sur les 3 îles et il vous faudra les retrouver. 

Les six clans de Tsushima se représentent via des couleurs propres : 

  • Adachi : leur sashimono est de couleur bleue avec des bandes blanches.
  • Kikuchi : il possède une couleur blanche avec des bandes vertes. 
  • Nagao : un sashimono avec un fond jaune et des bandes blanches. 
  • Sakai : celui-ci a une couleur noire avec des bandes blanches. 
  • Shimura : il possède un fond rouge avec des bandes blanches. 
  • Yarikawa : leur sashimono possède un fond blanc avec des bandes noires. 

Pour les retrouver, il vous faudra les chercher à des endroits cachés. Ces étendards vous donneront accès à de nouvelles selles pour vos montures. Il vous est également possible d’offrir les bannières contre des anecdotes du clan Tsushima.

 ????Vous aimez les histoires de samouraï ? Nous vous recommandons de consulter notre article sur l’ère Meiji.

Qu’est-ce qu’un sashimono en bois ?

Ce terme peut être quelque peu ambigu puisqu’ il peut également désigner une technique d’assemblage de pièces. On peut par exemple créer des boîtes qui s’imbriquent parfaitement entre elles.

 

Cette technique traditionnelle demande un savoir-faire rigoureux qui s’apprend à travers de nombreuses années de pratique. 

Dans le sashimono en bois, les planches sont taillées très finement puis chauffées pour être assouplies et incurvées. On les sèche avant la pose finale. Pour finir, le laqueur appose un adhésif naturel qui s’appelle “urushi” qui protégera la matière pour une longue durée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *